Les Lunes d'Aereethe

Bienvenue à toi, voyageur. Te voici sur les Lunes d'Aereethe, le jeu de rôle par forum... Prends garde à toi !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Statue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Tronc

avatar

Masculin Nombre de messages : 29
Expérience : 3671
Célébrité : 0
Date d'inscription : 13/09/2007

Feuille de personnage
Race: Géant
Niveau:
6/99  (6/99)
Compétences Maîtrisées:

MessageSujet: La Statue   Lun 11 Mai - 12:18

Le sable de Glow se levait par rafales aux portes de Silburn. En un soir de tempête comme celui-ci, tous les habitants de la ville s’enfermaient dans leur maisonnée, verrouillaient portes et volets en espérant que le moins de grains possibles s’infiltreraient dans leur logis. Le sable était désagréable lorsque le vent prenait le dessus… Surtout pour des petits êtres. Le Tronc, lui, n’avait pas de maison à Silburn. Les étrangers se réfugiaient en général chez l’habitant ou dans l’auberge mais cette fois-là, il n’y avait plus de place. Enfin, c’était ce qu’on lui avait dit… Et il l’avait cru naïvement, ne se doutant absolument pas que peut-être un Géant, qui prenait deux fois plus -voir trois fois plus- de place qu’un humain ou qu’un Elfe était moins rentable qu’un être plus petit.

Alors Le Tronc s’était assis dans la rue, genoux repliés dans ses bras. Il fermait les yeux très fort pour ne pas qu’un grain vienne se loger dans son œil. Il n’aimait plus Glow. Le sable, ça n’était pas marrant, et les gens n’étaient pas assez amusants à son goût. Et puis, là comme ailleurs, il n’avait rencontré aucun adversaire de sa taille. Il aurait pourtant bien aimé mesurer sa force à quelqu’un d’aussi puissant que lui...

Il n’osait se l’avouer, mais une certaine mélancolie, une certaine solitude s’emparait de lui. Il préférait garder les yeux fermés et ne penser à rien. Les minutes s’écoulaient lentement et la nuit envahissait la ville. Et le Géant immobile se tenait là, dans la rue, comme une statue de terre ou de sable… Et quelques minutes plus tard, on ne voyait plus à un mètre devant soi… Tant et si bien que quelqu’un vint à se cogner contre lui !
Mais Le Tronc préféra garder les yeux clos. C’était sûrement encore un tout petit machin. Il se contenta de faire tonner sa voix profonde :

- Hé ! ‘tention, y’a quelqu’un ici !

Lorsqu’il referma la bouche, il se sentit frustré. Du sable sur la langue.

- Beuh, satané sable ! J’sais pas qui vous êtes, mais vous avez une Lune pourrie, c’est moi qui vous le dit, ronchonna-t-il bruyamment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guts

avatar

Masculin Nombre de messages : 133
Age : 30
Expérience : 3684
Célébrité : 0
Date d'inscription : 28/09/2007

Feuille de personnage
Race: Humain
Niveau:
6/99  (6/99)
Compétences Maîtrisées:

MessageSujet: Re: La Statue   Lun 11 Mai - 21:03

Guts marchait tranquillement dans les rues de Silburn, le vent devenait de plus en plus puissant. Une tempête de sable se préparait. Vagabondant comme à son habitude il tourna à droite au coin d'une rue.

Là, 3 soldats de Silburn le pointèrent du doigt en disant:


- C'est lui !

Incompréhensible, il ne comprenait pas. Il n'avait rien fait de mal, mais de toute façon, il ne devait pas trainer ici. Il retourna sur ses pas et à l'angle de la rue précédente il tourna à gauche. La tempête se fesait de plus en plus menacente.

Faisant le vide dans sa tête, Guts cherchait pourquoi il était poursuivi. Quelques secondes plus tard un éclair de lucidité lui traversa l'esprit, il savait pourquoi il était poursuivi, c'était à cause de...


- Ouch !

Il venait de se cogner sur un genre de pylone qui ne devrait pas être à cet endroit. Sa distraction l'avais surement perdu. Pourtant il reconaissait la rue dans laquelle il était malgrès le sable, c'étais bien la bonne. Soudain une voix roque se fit entendre.

- Hé ! ‘tention, y’a quelqu’un ici !

la voix d'un géant.

- Beuh, satané sable ! J’sais pas qui vous êtes, mais vous avez une Lune pourrie, c’est moi qui vous le dit, ronchonna-t-il bruyamment.

Guts remis sa capuche.

- Si je te prête de quoi te protéger le visage tu peux me rendre un petit service?

Guts était assez pressé et attendait une réponse rapide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Tronc

avatar

Masculin Nombre de messages : 29
Expérience : 3671
Célébrité : 0
Date d'inscription : 13/09/2007

Feuille de personnage
Race: Géant
Niveau:
6/99  (6/99)
Compétences Maîtrisées:

MessageSujet: Re: La Statue   Mar 12 Mai - 10:43

Ouvrir les yeux ou ne pas ouvrir les yeux ? Telle était la question. D’un autre côté, peu importait de connaître le visage de celui qui venait de parler.

Se protéger le visage n’était pas si mal après tout. A force de plisser le front si fort pour que ses yeux soient le plus clos possible, il commençait à avoir un peu mal à la tête. Et puis, il pourrait parler tranquillement, sans avoir la bouche pleine de sable. Et puis, si le service était aussi petit que celui qui parlait, pourquoi pas…

- Hmmf, grogna-t-il. Je veux bien. C’est quoi, votre service ? Demanda-t-il, toujours sans un regard pour son interlocuteur. C’est compliqué ?

Les questions « c’est fatigant ? » ou « c’est lourd ? » n’étaient bien sûr pas les questions les plus préoccupantes aux yeux d’un Géant. Pour Le Tronc, rien n’était trop lourd, et personne n’était un adversaire effrayant. Il n’avait jamais rencontré de telles choses. En revanche, les choses compliquées, qui lui demandaient de la réflexion, il ne les supportait pas. Ah ! Ces petits lutins avec leurs énigmes ! C’est pour cela qu’ils les détestaient : il ne trouvait jamais les solutions. Et quand il en trouvait une, on lui disait que ce n’était pas la bonne. Pareil pour ces humains qui établissaient des plans tortueux sur les champs de guerre : n’étaient-ils pas ridicules ? Le meilleur plan était bien sûr le plus simple : tout détruire !

Des sons, autres que ceux exténuant des rafales de vent et de sable, atteignirent les oreilles du Géant : des pas rapides ! Plusieurs personnes s’approchaient donc. Il se demanda s’il ne valait mieux pas rugir AVANT que ces nouveaux arrivants ne lui rentrent aussi dedans… Mais il préféra d’abord écouter la réponse de l’inconnu. Pas la peine de remplir à nouveau sa bouche de sable pour rien. Il tendit l’oreille. La « petite bête » était-elle toujours là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guts

avatar

Masculin Nombre de messages : 133
Age : 30
Expérience : 3684
Célébrité : 0
Date d'inscription : 28/09/2007

Feuille de personnage
Race: Humain
Niveau:
6/99  (6/99)
Compétences Maîtrisées:

MessageSujet: Re: La Statue   Mar 12 Mai - 13:11

Guts entendait les pas de ses poursuivants qui se faisaient plus rapides.

- Ho, trois fois rien, juste me laisser monter sur ton dos le temps que la tempête se calme.

Tendant sa veste en guise de protection pour le visage du géant il dit:

- Tu marche?

Guts ne se réjouissais pas d'avance au fait de gravir cette montagne qu'était le géant mais c'était toujours mieux que de se faire jeter en prison.
Puis il ajouta:


- Trois personnes vont arriver, si elle te rentrent dedans ou si elle te demande si tu as vu passer quelqu'un, tu n'a rien vu d'accord?

Le vent ramenait beaucoup de sable sur le visage de Guts mais cela ne l'empêcherait pas de monter sur le dos d'un géant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Tronc

avatar

Masculin Nombre de messages : 29
Expérience : 3671
Célébrité : 0
Date d'inscription : 13/09/2007

Feuille de personnage
Race: Géant
Niveau:
6/99  (6/99)
Compétences Maîtrisées:

MessageSujet: Re: La Statue   Mar 12 Mai - 15:41

Avec beaucoup de précautions, très lentement, Le Tronc souleva un peu ses paupières, sourcils froncés. Dessous se trouvaient ses yeux noirs, qui détaillèrent Guts de la tête au pied.
Un Humain, bien sûr. Les plus pénibles, à son goût, parmi les petites créatures. Enfin, les plus pénibles après les Lutins bien sûr, car ces derniers avaient toujours réussi à rouler le pauvre Géant dans la farine, et il en gardait de bien mauvais souvenirs.

Le Tronc finit par attraper la veste que lui tendait l’Humain.

- Bon, d’accord. Vas-y, déclara-t-il en plaçant sa veste sur sa tête, de sorte qu’il ne vit plus rien, et qu’à son grand soulagement, il pouvait ouvrir les yeux et parler sans avoir plus de sable ni dans sa bouche, ni dans ses yeux.

Il courba l’échine du mieux qu’il le put. Il n’aida pas Guts à grimper : c’était qu’on ne lui avait pas demandé ça, et il ne faisait jamais rien de plus que ce qu’on lui demandait.

Lorsque l’Humain se fut retrouvé sur les épaules du Géant, Le Tronc se redressa, et de toute sa hauteur, se tint ainsi au milieu de la rue. Il ne fallut que quelques secondes pour que les trois soldats déboulent… Et, immobile comme était Le Tronc, et sûrs de leur connaissance des ruelles, les hommes en uniforme le percutèrent de plein fouet, l’un après l’autre, trébuchant et s’entassant pathétiquement devant lui.
Le Tronc, bien tranquille sous sa veste, ne bougea pas d’un cil. Il lâcha un gros soupir bruyant. Puis il lâcha, d’une voix forte et monotone, comme une récitation sans intérêt :

- JE N’AI RIEN VU.

Les gardes sursautèrent et se remirent sur leurs pieds instantanément. Surpris d’être face à un Géant, à l’aspect peu sympathique malgré sa veste sur la tête, l’un d’eux bégaya :

- Oh, heu, n-non, c’est nous qu-qui ne v-vous avions p-pas vu, je vous assure…

Un autre, moins peureux, enchaîna :

- Heu, ouais, désolé M’sieur ! Z’auriez pas vu quelqu’un courir par ici par hasard ?

Le Tronc poussa un soupir encore plus bruyant, encore plus long, et déclara d’une voix encore plus monotone, mais un poil irritée cette fois :

- JE N’AI RIEN VU !

- Ah…

Les trois hommes en uniforme se jetèrent des regards interrogateurs. En même temps, comment aurait-il pu voir quelque chose, avec cette tempête de sable ? Eux-mêmes ne voyaient pas jusqu'à ses épaules !

- Vous avez peut-être entendu quelqu’un passer, alors ?

Le Tronc poussa un énorme soupir, plus bruyant et plus long que le premier, plus bruyant et plus long que le second. Ne le prenait-on pas pour un imbécile ?? Etaient-ils sourds ou essayaient-ils de l’avoir comme ces vermines de Lutins ??

- JE N’AI RIEN VU, J’AI DIT ! Tonna-t-il en serrant les points.

Et les soldats tressautèrent. Ils remercièrent le Géant maladroitement avant de détaler sans demander leur reste. Le Tronc, lui, resta immobile. Réfléchissant. Mais réfléchissant à quoi, déjà ? Tiens, il avait oublié…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guts

avatar

Masculin Nombre de messages : 133
Age : 30
Expérience : 3684
Célébrité : 0
Date d'inscription : 28/09/2007

Feuille de personnage
Race: Humain
Niveau:
6/99  (6/99)
Compétences Maîtrisées:

MessageSujet: Re: La Statue   Mar 12 Mai - 21:25

- JE N’AI RIEN VU, J’AI DIT ! Tonna-t-il en serrant les points.

les soldats détalèrent. Guts était maintenant en sécurité, enfin, sur le dos d'un géant inconnu, donc ce que l'on pourrait appeler un semblant de sécurité, comme un oasis, une bouée de sauvetage pour un naufragé en pleine tempête.
Dans un chuchotement presque inaudible Guts dit:


- Merci, je n'en attendais pas moins d'un géant aussi gracieux que toi.


Puis dans un fol élan de curiosité il demanda:

- D'ailleurs, que fait un géant aussi imposant que toi au milieu d'une ruelle par ce temps de tempête?

La tempête était en train de se calmer d'ailleurs et on commençais à y voir un peu plus. Les soldats étaient déjà loin, enfin en sécurité. Guts commençait à dessendre de son hote pour se mettre face à lui. Guts le scrutait de la tête aux pieds maintenant qu'il pouvais le voir, il était vraiment très laids, mais ne dit rien et ne laissa rien parraitre, ce géant l'avait aidé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Tronc

avatar

Masculin Nombre de messages : 29
Expérience : 3671
Célébrité : 0
Date d'inscription : 13/09/2007

Feuille de personnage
Race: Géant
Niveau:
6/99  (6/99)
Compétences Maîtrisées:

MessageSujet: Re: La Statue   Dim 17 Mai - 13:12

Le Géant bougonna dans sa barbe en laissant descendre Guts. Il n'était tout de même pas mécontent que cette charge quitte ses épaules.. Ce n'était pas un cheval ou un boeuf, quand même !

Lui ? Gracieux ? Ma foi, cet Humain n'était pas si nul, alors... Le Tronc s'imagina un instant dans une foule admirative de son corps gracile et symbolique de sa force... Lui, gracieux... Cela lui plaisait bien, tiens.

- C'est que l'auberge n'a pas voulu me laisser entrer, Humain, fit-il un peu plus poliment que précédemment. Je prends trop de place, je crois. Et puis, c'est vrai que je ronfle fort.

C'était une des excuses qu'avait trouvé l'aubergiste pour ne pas accepter Le Tronc au sein de son établissement. Tout naturellement, le Géant avait admis qu'il ronflait fort et qu'il pourrait gêner les chambres voisines... Et puis il s'était retrouvé dehors, comme un va-nu-pieds sans argent à dépenser. Et ce sable ! Dieu qu'il ne l'aimait pas ! Mais l'Humain lui avait prêté de quoi se couvrir. Sympathique Humain.

- Comme je ne peux pas me entrer dans l'auberge, je me suis assis dehors pour m'y reposer. Et toi ? Pourquoi tu te caches des soldats ? C'est pour faire une blague ? Vous vous amusez ? Questionna le Géant soudain tout enthousiaste.

Le Tronc se souvenait de l'époque lointaine de son enfance ! Lui aussi jouait avec les soldats du village voisin, sur Aereethe. Mais là, c'était lui qui courait après les soldats... Il n'arrivait jamais à les rattraper, si bien qu'il avait fini par se lasser de ce jeu. Néanmoins, cela restait un souvenir agréable et Le Tronc sourit longuement, l'air ahuri, sous la veste de Guts, à s'en remémorer les détails.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guts

avatar

Masculin Nombre de messages : 133
Age : 30
Expérience : 3684
Célébrité : 0
Date d'inscription : 28/09/2007

Feuille de personnage
Race: Humain
Niveau:
6/99  (6/99)
Compétences Maîtrisées:

MessageSujet: Re: La Statue   Mer 10 Juin - 14:46

Une fois au sol, Guts écoutait le géant.

- Comme je ne peux pas me entrer dans l'auberge, je me suis assis dehors pour m'y reposer. Et toi ? Pourquoi tu te caches des soldats ? C'est pour faire une blague ? Vous vous amusez ?

Demanda le géant enthousiaste. Que répondre? Lui dire la vérité ou pas? Ainsi Guts tâtonna quelque secondes puis avec un large sourire il dit:

- Oui, c'est bien ça, nous faisons une partie de cache cache, ils ne doivent pas me trouver.


Guts repensait maintenant à ce qu'avait dit le géant plus tôt, sur l'auberge et cet aubergiste acariâtre qui l'avait refusé dans son établissement, puis regardant le géant d'un ton sérieux mais amusé intérieurement il dit:

- Je pense que les auberges devraient avoir des bâtisses trous à quatre fois plus grande !

Puis il se demandait ce que pouvait bien faire un géant dans une ville aussi rude que celle-ci. Contrairement à son habitude, il parlais beaucoup cette fois-ci, et de lui même. De toute façon le géant ne dirais rien à personne.

- Et toi que fais tu ici? Mis à part errer car on t'a refusé dans l'auberge? Tu cherche quelqu'un ou quelque chose?

Il se mis à genoux et ramassa un peu de sable dans sa main gauche, comme pour se dire qu'il était encore bien vivant, et que, peut être un jour, il arriverait à former une compagnie assez puissante pour vaincre son ennemis principal, ainsi que tout ses ennemis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Tronc

avatar

Masculin Nombre de messages : 29
Expérience : 3671
Célébrité : 0
Date d'inscription : 13/09/2007

Feuille de personnage
Race: Géant
Niveau:
6/99  (6/99)
Compétences Maîtrisées:

MessageSujet: Re: La Statue   Ven 19 Juin - 15:27

Le Géant se mit à sourire : jouer à cache-cache pendant une tempête de sable, c'était rigolo ! Déjà que jouer à cache-cache l'amusait d'ordinaire beaucoup, ce devait être encore plus difficile pour ceux qui cherchent avec tout ce sable ! Rien qu'à cette pensée, les épaules du Géant furent secouées d'un court rire stupide.

- Je pense que les auberges devraient avoir des bâtisses trois à quatre fois plus grandes !

- Oh oui, vous avez bien raison,
lui répondit aussitôt Le Tronc en songeant que le petit humain était finalement fort sympathique.

Et surtout, ce qu'il était intelligent ! La cachette qu'il avait choisi était ingénieuse...
Les sourcils du Géant se froncèrent, et il reprit la parole avec lenteur, comme s'il avait du mal à mettre des mots sur sa pensée :

- Disons que... Je suis là pour savoir ce que je vais faire de ma vie. Je n'ai pas de métier, pas d'endroit qui soit chez moi, pas de famille à nourrir... Alors, je voyage un peu, pour voir si l'on n'a pas besoin de moi quelque part.

Le Tronc sentit son coeur se ramollir au fond de sa poitrine, sa joie quitter peu à peu son esprit pour faire place à une nostalgie silencieuse, peuplée d'images de son enfance passée avec son père et des espoirs que ce dernier plaçait en son fils. Depuis que le vieux Géant avait disparu, le Tronc n'avait su que faire de sa carcasse. Il avait tourné en rond, servi des humains... Mais il ne s'était plus senti à sa place. Finalement, il décida que c'était pour cela qu'il voyageait : pour trouver sa place quelque part dans le monde. Toutefois, il se garda bien de l'exprimer ainsi, de peur que l'on se moque de lui. Il se contenta de sourire, oubliant qu'étant sous la veste, l'humain ne pouvait voir son visage.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Statue   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Statue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La statue du savoir
» OLYMPIE ET LA STATUE DE ZEUS (- 436) MERVEILLE DU MONDE ANTIQUE
» Statue mythologique dotée de la parole
» Statue de Napoleon Bataille de Craonne 1814
» La statue de Sainte Apolline, à Brasparts

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Lunes d'Aereethe :: Les Lunes D'Aereethe :: Glow :: Ville de Silburn :: Rues et Ruelles-
Sauter vers: